Parc Gage (2016)

Respecter le passé – Se préparer à l’avenir

par Cynthia Graham (OALA, AAPC) et Lawrence Stasiuk (OALA, FAAPC)

Le parc Gage de Hamilton, lauréat du premier Prix du projet patrimonial de l’AAPC (2016)

Lire le communiqué de presse

Lien vers le site Web du parc Gage

A Legacy Sparkles Again (Pool and Spa Magazine)

À propos du parc Gage

Le parc Gage est l’un des paysages historiques et culturels les plus emblématiques de Hamilton en Ontario. En 1920-1927, H.B. et L.A. Dunington-Grubb, (le couple de pionniers de l’architecture de paysage au Canada) ont créé et mis en œuvre un concept avant-gardiste pour le parc Gage, dans la foulée du mouvement City Beautiful dans les villes canadiennes des années 1920. La grande pelouse, le vaste réseau d’allées serpentantes, les liens entre espaces formels et informels, ainsi que la création et la préservation des points de vue de l’escarpement du Niagara sont des éléments de la conception du parc essentiels à la vision d’ensemble d’origine. Depuis ce temps, il a conservé ses caractéristiques et est demeuré un excellent exemple de ce style de parc et de jardin. À Hamilton, on l’apprécie et on le considère comme un lieu exceptionnel qui améliore le sentiment de fierté et d’identité communautaire.   
Au fil des ans, ce parc de 28 hectares a évolué pour s’adapter aux besoins du public. Il a pris de l’âge au point où des mesures de restauration et de gestion s’imposaient afin de préserver ce paysage culturel important pour les générations futures. La Ville de Hamilton a approuvé un nouveau plan directeur établi par le cabinet DTAH afin d’orienter la restauration et la gestion à long terme. Le plan a été conçu en vue de préserver, d’améliorer et de parachever la conception originelle du parc de manière durable. Des éléments historiques emblématiques, dont la zone de la fontaine et de la terrasse, ont été restaurés à leur splendeur d’origine, et on a réduit l’incidence du parc sur les systèmes paysagers et de gestion de l’eau des environs grâce à l’utilisation de technologies novatrices à faible impact. D’autre part, un monument commémoratif financé par les Amis du parc Gage a été installé en hommage à sa riche histoire culturelle.
Un excellent exemple de la sensibilité des restaurateurs à l’égard de la conception de Dunington-Grubb est la préservation des jardins de vivaces et des points de vue à l’entrée du parc. En effet, on a installé un système souterrain de cellules de rétention des eaux pluviales pour relever les défis actuels liés aux risques d’inondation dans le quartier. 

L’éventuel projet d’installer un centre de rétention des eaux pluviales le long du côté est du parc parachève la vision du plan originel de ses concepteurs. L’élégance de cette solution permet de relever les défis modernes d’une manière qui respecte et souligne l’histoire du lieu.

Le meilleur témoignage de la valeur de ce parc pour la collectivité est le don, de l’organisme communautaire les Amis du parc Gage, d’un monument qui reconnaît l’importance de la vision de Dunington-Grubb. Financé par cet organisme, le monument commémoratif en hommage à Howard et Lorrie a obtenu une place d’honneur dans leur jardin de vivaces.    
En dépit des pressions exercées depuis près d’un siècle par l’utilisation du parc et son évolution, on a pu préserver l’essence même de la conception originale de Dunington-Grubb. Des engagements ont été pris à propos de l’un des paysages les plus emblématiques et les plus riches sur le plan historique de Hamilton, afin d’en garantir le caractère, la fonction unique et l’intégrité patrimoniale pour les générations futures.

Rôle des architectes paysagistes

De nombreux architectes paysagistes ont contribué au succès du parc Gage. À compter de 1920, la Commission des parcs a demandé à Howard et Lorrie Dunington-Grubb de commencer les travaux sur cet espace. Howard Dunington-Grubb, souvent qualifié de père de l’architecture de paysage au Canada, a préparé un plan directeur qui contenait un jardin adjacent à la rue Main et de grandes perspectives d’espaces ouverts entourés d’arbres de nombreuses variétés soigneusement plantés. La fontaine, conçue par l’architecte John Lyle, a été achevée en 1927. Plus tard, en 1935, l’architecte paysagiste Tom Matt Broman a été engagé pour parachever les plans du parc Gage – on lui doit notamment la Pergola de briques à l’extrémité ouest du jardin formel. En 1947, on a construit un abri d’orchestre; puis, en 1978, en l’honneur de l’Année internationale de l’enfant, on a fondé le Musée des enfants dans ce qui avait été la maison familiale des Gage.

Tout au long de la vie du parc Gage, les architectes paysagistes se sont engagés à préserver et à adapter la conception d’origine du parc aux besoins de la collectivité. L’héritage du parc Gage est fondé sur la conception de Dunington-Grubb, et il se poursuit aujourd’hui grâce aux espaces avant-gardistes et adaptables qu’elle incluait, ainsi qu’aux changements réfléchis et novateurs qui l’ont rendu aussi pertinent aujourd’hui qu’il l’était dans les années 1920.

Plus récemment, c’est en 2010 que DTAH a complété le plan directeur du parc Gage ainsi que son plan de gestion des eaux pluviales. Le plan vise à protéger et à souligner la qualité patrimoniale du parc, à accueillir de nouveaux usages, à augmenter le confort et la sécurité des visiteurs, et à y intégrer un plan de gestion des eaux pluviales.

Le parc au quotidien

Tout au long de l’année, le parc Gage contribue à la qualité de vie des quartiers adjacents. Il rend les quartiers du centre-ville plus vivables, il offre un éventail de loisirs à des jeunes à risque, aux familles à faibles revenus et à leurs enfants, en plus de susciter un sentiment d’appartenance dans le voisinage. Les besoins de la collectivité et les pressions exercées sur le parc ont continuellement évolué au cours des 88 dernières années. On y a construit des bâtiments, des serres, des structures de jeux et un abri d’orchestre, ainsi qu’une cour très achalandée pour les services de travaux publics et de foresterie.  

Le parc reflète la diversité présente au sein de la collectivité. On y trouve de nombreux monuments qui rappellent les différentes nationalités et personnes qui ont contribué à le façonner. Le parc accueille également plusieurs activités et des grands festivals qui reflètent la population diversifiée.

L’avenir du parc Gage

Le parc Gage est l’un des plus beaux paysages du patrimoine culturel de Hamilton. La Ville de Hamilton est résolue à préserver pour les générations futures son caractère unique de style classique des années 1920. Signe de la valeur de ce parc pour la collectivité, et pour son utilisation qui a changé au fil du temps, la Ville de Hamilton a investi des ressources importantes pour sa restauration et pour préserver son importance. L’expression « l’aimer à mort » s’applique bien ici – le public y afflux en si grand nombre que le paysagement a subi une détérioration importante. La Ville a engagé des fonds et des ressources considérables dans un projet de renouveau à grande échelle et a reconnu le rôle fonctionnel et spirituel du parc pour la collectivité.

C’est en 2005 que la Ville a élaboré le plan directeur dans le but de préserver le patrimoine culturel du site et de répondre à sa popularité croissante pour des activités spéciales et des sports organisés, et pour répondre aux préoccupations croissantes en matière d’entretien. Une vaste consultation auprès de la collectivité et des parties intéressées a déterminé ce que la collectivité souhaite essentiellement tout en préservant les aspects patrimoniaux. Des parties du plan directeur ont été appliquées tandis que d’autres le seront progressivement. Le plan directeur actuel vise à :

  • renforcer l’élégance des installations d’eau historiques, des parterres de fleurs ornementales et la géométrie globale du parc;
  • améliorer l’accessibilité universelle au parc en transformant en surfaces dures les principales allées de gravier;
  • définir l’identité du parc en clôturant le périmètre, en installant des murs d’entrée et de la signalisation, et en rehaussant l’entrée du chemin Lawrence grâce à une conception et une palette de matériaux harmonisés;
  • bâtir de nouveaux bâtiments en utilisant des technologies de construction écologiques pour le Musée des enfants en expansion, la serre tropicale et la volière;
  • recommander la réutilisation adaptative de la Maison Gage;
  • rénover l’abri d’orchestre et moderniser les toilettes adjacentes;
  • mettre en œuvre le Plan stratégique de forêt urbaine de 20 ans pour la gestion du boisé, un Plan d’entretien de 5 ans et un plan opérationnel de 1 an;
  • créer des prairies entretenues qui offrent des possibilités éducatives en plein air tout en mettant en place un programme d’entretien réduit des pelouses;
  • protéger la pelouse verte centrale qui est un espace vert multifonctionnel au centre-ville de Hamilton utilisé pour les grandes activités de la collectivité plusieurs fois par an;
  • veiller à ce que le parc abrite des aires de sports et de jeux pour enfants, en plus de l’ajout d’une boucle extérieure de patinage artificiel et de nouvelles toilettes à proximité de l’aire à jets d’eau;
  • trouver des solutions créatives pour stocker et filtrer les eaux pluviales dans le parc en utilisant des techniques de développement à faible impact.

La nouvelle vision du parc permet une plus grande protection des éléments patrimoniaux culturels qui à leur tour réaffirment la dimension de paysage culturel du parc à titre de premier parc régional de la Ville.