CONGRÈS 2015

0

Le Congrès de l'AAPC 2015 a eu lieu au Hilton Mexico City Reforma, ville de Mexique, du 20 au 23 mai 2015. Le thème du Congrès était Vert l'avenir - pour des villes plus humaines.

PHOTOS sont au bas de la page

le programme du congrès

Présentations

Dr. Susana Bianconi, On John Steinbeck’s turtle and the new highways in Mexico

Heather Braiden & Paula Meijerink, Lather, rinse, repeat: cities at the edge of resource extraction

David Flanders, Restoring Guadalajara’s Last Great Urban Forest: An ecologically integrated vision for Bosque Los Colomos

Isabelle Giasson, 50 Years of Placemaking: A Human Scale Approach for Redesigning the Public Realm (and notes)

Trevor McIntyre, Intermodal Hub (CETRAM) Guidelines – Connecting Mobility with Urbanism

María Cecilia O´Shee, The Cité Internationale, an Emblamatic Case: The Role of Urban Design in the Transformation of Cities

Jean Trottier, Wadi Hanifah - Urban|Landscape Infrastructure for the 21st Century

Communiqué de presse

Les architectes paysagistes débattront de la qualité de vie des villes de l’avenir au Congrès 2015 de l’AAPC à Mexico, du 20 au 23 mai 2015

Pourquoi México

Lisez une lettre de Serge Poitras, Président du comité de planification 2015

Lisez une fiche de renseigments pour la ville de México

CLIQUER ICI

Merci à nos commanditaires

PARTENAIRE

Principal

    

associÉ

       

Album
(photos par J. Landry)


Serge Poitras, président du Congrès, souhaite la bienvenue au congressistes.

   
Les délégués s'amusent à la réception d'ouverture.


Une visite guidée de Technoparque.

 
Un cocktail commandité par IBI Group à l'Hotel Condessa.


Serge Poitras présente le livre de Ron Williams, l'Architecture de paysage du Canada, à Andrés Galindo, vice-président du Mexican Society of Landscape Architects.


Conférencier d'honneur Mario Schjetnan.


Conférencier d'honneur Gil Penalosa.


Serge Poitras remercie le conférencier d'honneur François Rivest.

 
Les délégués participent à la charrette et David Flanders partage les résultats de l'exercise.


Le panel, Paysages en transformation, avec Claude Potvin (modérateu), Mario Schjetnan, Gil Penalosa et Laura Janka.


Michelle Legault, directrice générale de l'AAPC et Aina Budrevics, administratrice de l'OALA Administrator, au bureau d'inscription.


Les signataires de l'Entente entre l'AAPC et les associations constituantes à l'Assemblée générale annuelle.


Rob Norman, président de l'AAPC, Richard Zweifel, président de l'ASLA, et Carol Craig, présidente sortante de l'AAPC.


Rob Norman et Carol Craig ouvrent le gala des prix.


Alan Tate, président du comité des prix d'excellence.


Wendy Graham présente l'ancienne présidente de la FAPC, Cecelia Paine, avec un certificat de reconnaissance.

Gala des prix à México le 23 mai 2015


Landscape Architecture in Canada / Architecture de paysage du Canada - Ron Williams


Midtown in Focus (Toronto), PUBLIC WORK office for urban design & landscape architecture - Helene Iardas


Bow RiverWalk (Calgary), Stantec Consulting Ltd. - Ryan Mortson


Pedestrian Campus (Vancouver), The University of British Columbia - Joanne Proft


East Side Road Native Revegetation Initative (Island Lake), Scatliff + Miller + Murray Inc. - Bob Somers


East Bowmont Natural Environment Park Design Development Plan (Calgary), O2 Planning + Design Inc. - Douglas Olson


Kipekiskwaywinan: Our Voices – York Factory First Nation’s Evaluation and Assessment of the Keeyask Generation Project (Northern Manitoba), HTFC Planning & Design/York Factory First Nation - Natasa Juck


Parkland County Environmental Conservation Master Plan (Parkland County), O2 Planning + Design Inc. - Douglas Olson


Acadia Point (Blandford NS|N-É), Virginia Burt Designs, Canada Inc. - Virginia Burt


Assiniboine Park Nature and Adventure Playground (Winnipeg), Scatliff + Miller + Murray Inc. - Bob Somers


Dominion Bridge (Lachine), Groupe IBI-CHBA (now|maintenant Lemay) & Groupe IBI-DAA (now|maintenant Lemay) - Isabelle Giasson


The Landscape of Memory: Calgary Soldier's Memorial (Calgary), The City of Calgary/ Marc Boutin Architectural Collaborative/The Calgary Soldiers’ Memorial Committee - Greg Stewart & Marc Boutin


St. Patrick's Island Park (Calgary), W Architecture / Civitas with|avec IBI Group - Garth Balls


Terra Nova Adventure Play Experience (Richmond) & McBurney Lane, Hapa Collaborative - Sarah Siegel


The Qu'Appelle Valley Integrated Tourism Strategy (Qu’Appelle Valley Region), O2 Planning + Design Inc. - Douglas Olson

À propos du thème

Vert l’avenir – pour des villes plus humaines

Plus de cinquante pour cent de la population mondiale vit aujourd’hui dans les villes; elle ne cesse de croître et 90 % de sa croissance se fait en milieu urbain. Compte tenu des préoccupations environnementales actuelles, les villes doivent devenir plus durables, tout en préservant et en améliorant leur habitabilité. Le Congrès 2015 de l’AAPC qui se tiendra à Mexico sera consacré à l’évolution de nos villes et à la façon dont les architectes paysagistes vont influencer leur conception et montrer la voie à suivre. Les formes que prend une ville reflètent les décisions qui l’ont façonnée au fil du temps. Les architectes paysagistes ont participé à la réussite de la planification et de l’aménagement urbain, à la planification et la mise en place d’infrastructures vertes et traditionnelles, à la planification des transports et à la création de parcs et d’espaces verts. Alors que nos villes s’étendent et changent – comment l’architecte paysagiste va-t-il pouvoir aller au-delà des rôles qu’on lui confie et accroître son influence? Historiquement, nos villes se sont édifiées en fonction des besoins sociaux, économiques et culturels de leurs citoyens. Les grandes villes abritent par ailleurs des communautés riches de leur propre patrimoine lié aux lieux et à leur structure sociale particulière. Au Canada comme au Mexique, nombre d’architectes paysagistes ont su reconnaître les influences patrimoniales, liées à des individus et à des lieux, et leurs contributions à l’habitabilité de telle ou telle ville. Pour s’épanouir, les villes de l’avenir devront mettre l’accent sur la conservation et sur la protection de ces influences culturelles et patrimoniales. L’intégration des valeurs historiques et culturelles à notre travail d’architecte paysagiste est une dimension importante de notre rôle – car cela contribue à l’essor d’une ville, à la création de collectivités fortes et à la confiance de ses citoyens. Notre Congrès 2015 mettra l’accent sur l’avenir écologique de nos villes, sur l’apport des architectes paysagistes et sur les trois domaines clés autour desquels s’articulera leur travail dans les années à venir :
•    Paysage, urbanisme et infrastructures
•    Transport actif
•    Protection du patrimoine et de la culture

Paysage, urbanisme et infrastructures
Ce sous-thème est consacré à la façon dont nous pourrions améliorer la qualité de vie de nos villes en les planifiant comme des espaces verts multifonctionnels et interconnectés. Les défis complexes que les villes ont à relever, les pressions qu’elles subissent d’un bout à l’autre du continent, ne cessent de se multiplier et de saper, trop souvent, leur habitabilité et leurs ressources. Pour aggraver encore ces problèmes, des risques émergents comme les pénuries d’eau, la pollution atmosphérique, la contamination des bassins versants, les inondations, l’insécurité alimentaire et la dépendance énergétique menaceront les grandes villes au cours du présent siècle. Les architectes paysagistes doivent s’adapter et veiller à ce que les paysages, le cadre bâti et les infrastructures urbaines soient conçus conjointement pour assurer le bien-être de ses citoyens, de ses espaces verts et de son économie. Certaines approches caractéristiques de « l’urbanisme paysagiste » s’appliquent à l’atteinte de cet objectif – et nous les mentionnons sans biais idéologique. Pensons à l’utilisation d’espaces verts étendus et interconnectés afin d’atténuer le déclin des structures désuètes des villes, ou au paysage urbain considéré comme une infrastructure légère, rentable et fonctionnelle. Une réflexion analytique s’impose également, et doit se traduire par des processus urbains écologiques qui sous-tendent et façonnent l’esthétique architecturale. Ces orientations sont toujours aussi pertinentes, mais les praticiens de l’urbanisme durable contemporain, devant les changements et les pressions qui pèsent sur les villes, finissent souvent par reculer et par se contenter de structures urbaines en bonne partie non viables marquées par la densification et l'étalement urbains. Nulle part ces défis ne sont plus criants qu’à Mexico. Véritable épicentre du développement et des défis, de la culture et du commerce, de la créativité et de l’audace, la ville de Mexico offre un contexte idéal pour réfléchir à la façon dont l’architecture paysagère peut contribuer à résoudre quelques-uns des grands enjeux urbains qui attendent notre monde durant le présent siècle. À Mexico, les « paisajistas » peuvent revendiquer un rôle central dans l’atténuation de certains problèmes et dans l’intégration de l’aménagement urbain allant au-delà des solutions purement techniques ou architecturales. Qu’avons-nous appris de notre pratique au Canada et au Mexique et des rôles moins traditionnels que peuvent jouer les architectes paysagistes? Que pourrions-nous échanger avec nos collègues mexicains? Quels enseignements pouvons-nous apprendre d’un pays à la résilience avérée en matière de changements, de revers et parfois même de chaos?

Transport actif
Parmi les exemples de transport actif – une forme de transport où l'énergie est fournie par l'être humain –, on compte la marche, le vélo, le fauteuil roulant non motorisé, la raquette et le ski, le patin et la planche à roulettes. Ses bienfaits se déclinent sur plus d’un plan. En santé, il offre une occasion d’être physiquement actif de façon régulière. Sur le plan social, le transport actif accessible à tous augmente les contacts sociaux. Dans le domaine des transports, il réduit la congestion routière, et sur le plan environnemental, il est écologique et peut contribuer à réduire les émissions de GES. Sur le plan économique, enfin, le transport actif permet d’économiser sur les coûts d’essence et de stationnement. Au Canada, la répartition modale montre une légère hausse de ce mode de transport qui ne représente toutefois que 19 % des déplacements associés au travail. À Mexico, 20 % des déplacements se font en automobile, le reste se répartissant entre les transports en commun et le transport actif. Dans toutes les grandes villes du monde, on fait de plus en plus la promotion de ce mode de déplacement. Nombre d’agglomérations, et même des nations comme le Canada et le Mexique voient le transport actif comme un élément de solution à divers problèmes liés à la congestion urbaine, en plus de contribuer à l’amélioration de la santé des citadins et à la réduction des gaz à effet de serre!  Au-delà des modes et de la volonté de nos dirigeants de mettre de l’avant le transport actif, ce sous-thème permettra d’examiner les résultats concrets observés dans les grandes villes du monde en ciblant particulièrement les expériences mexicaines et canadiennes. Plus précisément : dans quelle mesure les politiques, les incitatifs et les outils déployés au cours des dernières décennies ont-ils favorisé le transport actif dans nos villes? Quelles leçons avons-nous tirées au fil des ans? Quel rôle l’architecte paysagiste a-t-il joué dans la planification et la mise en place de réseaux de transport actif? Quel rôle jouera-t-il au cours des prochaines années?
 
Protection du patrimoine et de la culture et de la culture
Pour ce sous-thème, nous allons nous pencher sur la façon dont nos édifices, nos quartiers et nos paysages patrimoniaux donnent naissance à l’esprit du lieu, ce sens profondément enraciné d’une identité locale qui se perpétue. Aucune collectivité urbaine ne peut survivre sans préserver son patrimoine et sa culture. En plus de rendre plaisants nos centres-villes et nos quartiers, la conservation du patrimoine accroît également leur attrait et leur valeur. Le patrimoine et la culture sont faits d’éléments matériels et immatériels hérités des générations passées, dont nous jouissons aujourd’hui avant de les transmettre aux générations futures. Selon l’UNESCO, le patrimoine culturel matériel comprend les bâtiments, les monuments, les paysages, les œuvres d’art et les objets. Le patrimoine culturel immatériel comprend notamment le folklore, les traditions et les langues. Tous ces éléments construisent des traditions sociales et créent un sentiment d’appartenance et d’identification à l’endroit où l’on vit. La conscience de ces liens entre culture et aménagement met en lumière l’importance cruciale de protéger le patrimoine et la culture. Dans un monde où la plupart des gens vivront un jour en milieu urbain, et où plus de 90 % de la croissance urbaine a lieu dans les pays en développement, les villes tentent de se moderniser sans perdre leur personnalité incarnée par leurs vieux centres historiques et leurs biens patrimoniaux. Avec l’expansion urbaine, la conservation et le maintien de l’utilisation du patrimoine peuvent assurer une continuité et une stabilité indispensables à la survie des villes. La pertinence d’investir dans le patrimoine s’est imposée au cours des dernières décennies, avec des retombées manifestes sur les plans de l’habitabilité, de la création d’emplois et de la croissance économique. Le cœur historique d’une ville lui permet de se distinguer de ses concurrentes, contribuant ainsi à y attirer des gens et des  investissements. Le patrimoine enracine les résidents, renforce leur estime de soi et restaure leur dignité. Toutes les villes animées et toutes les cultures dynamiques ont des identités marquées. C’est particulièrement vrai pour le Mexique et pour la ville de Mexico avec sa riche mosaïque culturelle où ne subsistent que peu de vestiges de la noble ville de Tenochtitlan, ancienne capitale de l’empire aztèque colonisée par les Espagnols au début du 16e siècle et devenue une métropole et l’un des pôles économiques les plus importants d’Amérique latine.

Notre Congrès 2015 nous convie à l’exploration et à la réflexion sur la façon de définir et de mettre en œuvre, maintenant et demain, les caractéristiques des villes durables et plus humaines. Vert l’avenir – pour des villes plus humaines, le thème choisi par l’Association des architectes paysagistes du Canada, devrait stimuler notre réflexion et motiver notre profession à explorer des domaines clés d’intervention au profit des citoyens et des collectivités.

Comité de planification du Congrès 2015

Serge Poitras (président)
Claude Potvin
Liane McKenna
David Flanders
Jim Vafiades
Adriana Melendez
Mónica Pallares Trujillo
Isabelle Giasson

Information touristique

U.S. News and World Report

land