Financement de la recherche des trois Conseils

De 2015 à 2019, un groupe de travail de l’AAPC s’est penché sur l’importance de la recherche pour les spécialistes de l’architecture du paysage et pour la profession en général et a examiné les défis et les contraintes que les chercheurs en architecture du paysage doivent surmonter pour obtenir du financement pour la recherche.

Le groupe de travail a posé la question suivante:

  • Quel conseil de financement devrait être approché pour les projets de recherche en architecture paysagiste? (L’architecture paysagiste est une discipline qui ne s’inscrit pas facilement dans un conseil de financement ou un autre)
  • Le personnel des conseils et les comités décisionnels sont-ils bien informés pour déterminer l’admissibilité des propositions d’architecture paysagiste? (En tant que discipline académique non traditionnelle, les membres des comités ne sont pas tous en mesure de comprendre la recherche proposée)
  • Les propositions de recherche en architecture paysagiste sont-elles examinées par des architectes paysagistes ou dans des domaines apparentés?

Enquête auprès des spécialistes de l’architecture du paysage

Au printemps 2017, le groupe de travail a lancé un sondage auprès de chercheurs canadiens en architecture paysagère et leur a demandé s’ils avaient réussi à obtenir du financement de recherche auprès des organismes de financement universitaires des trois Conseils nationaux suivants :

  • Social Sciences and Humanities Research Council (SSHRC)
  • National Science and Engineering Research Council (NSERC) 
  • Canadian Institutes of Health Research (CIHR).

Les réponses des chercheurs ont fait ressortir que le financement des trois Conseils est un véritable problème découlant soit de l’admissibilité des projets de recherche en architecture paysagiste lorsqu’ils présentent une demande à l’un de ces conseils, ou un manque de compréhension de l’architecture du paysage à l’étape de l’examen par le comité. Les résultats ont généralement été une décision d’inadmissibilité ou le projet a été refusé.

Enfin, le groupe de travail a conclu que :

  • Le financement accordé par le CRSH, le CRSNG et les IRSC à la recherche en architecture du paysage universitaire est essentiel à la croissance continue de la profession en créant des connaissances financées par le secteur public et propres à une discipline. C’est un avantage tangible pour la société et l’environnement.
  • Le manque de financement des trois conseils est un problème important et constant chez les spécialistes de l’architecture du paysage. 
  • La recherche effectuée par des spécialistes de l’architecture paysagiste est financée et publiée par d’autres organismes, ce qui prouve qu’il s’agit d’un domaine de recherche légitime et valorisé, mais comme les universités valorisent et priorisent le financement des trois Conseils, il faut insister davantage sur ce point.
  • Enfin, il y a une lacune dans les travaux d’architecture de paysage savants, où l’on s’attend à ce que les chercheurs demandent et obtiennent du financement des trois Conseils, et pourtant, la reconnaissance de cette discipline par les Conseils est insuffisante et, par conséquent, les possibilités de réussite sont limitées. Bien que les conseils affirment que le travail interdisciplinaire est important, ces domaines ne sont pas représentés au sein des comités de sélection et, dans la pratique, les programmes n’appuient pas ces propositions dans la même mesure que celle qui est revendiquée. Le financement des trois Conseils est un élément central du programme de recherche des universités – il est donc essentiel que les chercheurs en architecture paysagiste y aient accès.

AAPC | CSLA 12 crois. Forillon, Ottawa (ON) K2M 2W5