Position de l’AAPC sur l’autorisation d’exercer en architecture paysagiste

Approuvé par le Conseil le 10 septembre 2020

Énoncé de politique

L'Assocation des architectes paysagistes du Canada (AAPC) croit que l’autorisation d’exercer l’architecture paysagiste dans chaque province et territoire est essentielle pour protéger la santé, la sécurité et le bien-être du public. Le permis d’exercice est le processus législatif approprié par lequel une personne satisfait aux exigences légales en matière d’études, d’expérience et d’examen pour démontrer sa compétence professionnelle minimale.

Le permis d’exercice offre au consommateur l’assurance qu’un architecte paysagiste répond à un ensemble minimal de normes professionnelles et qu’il est qualifié pour fournir des services dans le champ d’exercice réglementé de la profession. De plus, l’autorisation d’exercer :

  • Augmente la sécurité du public en évitant les blessures dans les espaces extérieurs mal conçus
  • Améliore la rentabilité en prévenant les dommages matériels, les réparations et les coûts d’entretien élevés
  • Augmente la valeur des propriétés en stimulant l’économie grâce à la conception et à la construction d’espaces extérieurs
  • Améliore la durée de vie des espaces extérieurs et procure des avantages écosystémiques et environnementaux en assurant des paysages très performants

Justification

La pratique de l’architecture de paysage ne devrait être effectuée que par des personnes autorisées, telles que définies, intitulées et régies par les exigences de licence promulguées. Le titre « architecte paysagiste » ne devrait également être utilisé que par des personnes autorisées conformément aux exigences légales.

Les personnes qualifiées sont encouragées à obtenir un permis d’exercice en tant qu’architectes paysagistes afin de démontrer des normes minimales de compétence dans l’ensemble de la profession et de renforcer la protection de l’intérêt public dans la prestation de services d’architecture paysagiste. L’agrément des architectes paysagistes assure la parité avec les autres professions du design comme l’architecture et l’ingénierie.

Contexte

Que font les architectes paysagistes?

Les architectes paysagistes planifient des collectivités habitables qui favorisent un mode de vie actif, conçoivent des rues vertes qui gèrent le ruissellement des eaux pluviales, planifient des corridors de transport à la fine pointe de la technologie qui sont sécuritaires pour tous les utilisateurs et aident les collectivités à se préparer aux catastrophes naturelles et à s’en remettre. L’architecture paysagère englobe l’analyse, la planification, la conception, la gestion et la gérance de l’environnement naturel et bâti par la science et la conception. Des exemples de ce travail peuvent être consultés ici.

Les architectes paysagistes doivent obtenir la formation et les compétences techniques requises pour être considérés comme compétents pour exécuter des travaux d’architecture paysagère, en accordant la plus grande importance à l’éthique et à la pratique professionnelle visant la santé publique, la sécurité et le bien-être.

Au Canada, les architectes paysagistes sont évalués et autorisés en fonction des mêmes examens que les architectes paysagistes américains, qui sont administrés par un organisme indépendant : le Council for Landscape Architecture Registration Board (CLARB). Cela garantit que le processus d’examen et la validation des compétences des architectes paysagistes agréés sont rigoureux et fondés sur un contexte international.

Pourquoi le permis d’exercice des architectes paysagistes est-il important?
  • La réglementation de l’architecture paysagiste est nécessaire pour protéger la santé publique, la sécurité et le bien-être.
  • La pratique de l’architecture paysagiste protège le public des dangers, protège et maximise l’utilisation des systèmes et des ressources naturelles et empêche les dommages aux biens publics ou privés causés par les changements dans l’environnement bâti.
  • La profession d’architecte paysagiste doit maîtriser des codes et des lois complexes et doit certifier la conformité, la qualité et l’intégrité du travail.
  • La délivrance de permis professionnels protège le public en assurant un niveau de base de qualifications et d’expertise éprouvées. Cette base de référence aide à protéger les consommateurs contre les praticiens non qualifiés. Cela est particulièrement important dans les professions techniques très complexes où les consommateurs n’ont pas les connaissances spécialisées nécessaires pour évaluer les qualifications et les performances.
  • L’éducation, l’expérience et l’examen exigés des architectes paysagistes autorisés peuvent protéger efficacement le public et nos collectivités contre les préjudices.

La façon de s’assurer que les architectes paysagistes protègent le public est par la réglementation et l’octroi de permis aux architectes paysagistes.

Faits et chiffres

  • Trois provinces canadiennes ont une Loi sur le titre pour l’architecture de paysage. La Title Act de la Colombie-Britannique a été établie en 1964, la Title Act de l’Ontario en 1984 et la Title Act de l’Alberta en 2010.
  • Selon les statistiques de 2019, 71 % des architectes paysagistes au Canada sont autorisés par un organisme réglementé.
  • La plupart des architectes paysagistes détiennent un diplôme agréé en architecture de paysage. Le Conseil d’accréditation en architecture de paysage de l’AAPC accrédite des programmes de licence et de maîtrise dans six universités du pays.
  • Aux États-Unis, les Practice Acts pour l’architecture de paysage sont devenus la norme. Commençant par la Californie en 1953, il y a maintenant 47 États avec Practice Acts et trois États avec Title Acts (Maine, Massachusetts et Illinois). En plus de la législation des 50 États, le District de Columbia a adopté sa Practice Act le 17 avril 2017.

Ressources

CLARB: Why Licensure is Important

CLARB: 2016 Licensure/L.A.R.E. Task Analysis

CLARB: Direct Deregulation of Occupants

ASLA’s Licensure Handbook

ASLA Licensure Brochure

ASLA Licensure Fact Sheet

BCSLA and the Professional Governance Act

OALA: Reducing the Risk of Public Harm

AAPC | CSLA 12 crois. Forillon, Ottawa (ON) K2M 2W5