Accord de réciprocité

Les neuf associations canadiennes d’architecture de paysage provinciales, régionales et territoriales signent une entente de réciprocité mise à jour

Permettant aux architectes paysagistes de faire reconnaître leurs titres de compétences et de travailler dans d’autres jurisdictions

Faites défiler vers le bas pour lire un « Guide de réciprocité »

Le 9 juillet 2020 - Neuf associations provinciales, régionales et territoriales d’architecture de paysage ont signé une entente pour établir les conditions dans lesquelles un architecte paysagiste, qui est membre à part entière d’une administration canadienne (réglementée ou non) est en mesure de faire reconnaître son adhésion professionnelle dans une autre administration canadienne (réglementée ou non).

En 1979, le conseil d’administration de l’AAPC a approuvé une motion encourageant la réciprocité entre les associations provinciales et a mis sur pied un comité chargé d’examiner la question plus en détail. Depuis, le Conseil d’administration de l’AAPC a mis sur pied divers comités, groupes de travail et groupes de travail pour atteindre leur objectif d’établir une entente entre les associations constituantes. Un accord a été signé en 2013 qui comprenait 8 des 9 associations. Il s’agissait d’examiner les critères d’adhésion, d’établir des normes communes et de négocier avec jusqu’à dix associations provinciales à la fois. Enfin, un groupe de bénévoles a rédigé en 2010 un accord qui a été peaufiné au cours des trois prochaines années. En juillet 2013, lors du congrès de l’AAPC à Regina, huit des neuf associations provinciales, régionales et territoriales d’architecture de paysage ont signé l’entente de réciprocité.

L’entente mise à jour a été signée en juillet 2020 par les neuf associations :

Lire l’accord de réciprocité

Guide de réciprocité

Au cours du XXIe siècle, la mondialisation des marchés, les initiatives stratégiques nationales et l’évolution rapide de la technologie sont autant de facteurs qui favoriseront la mobilité internationale de la main-d’œuvre, et les partenariats au-delà des frontières provinciales, territoriales et internationales.

L’objectif de l’Accord est d’assurer une reconnaissance professionnelle efficace pour favoriser à l’échelle nationale une mobilité équitable de la main-d’œuvre au sein de la profession. Essentiellement, l’Accord vise à harmoniser la mobilité de la main-d’œuvre, les normes professionnelles et les connaissances entre les provinces et les territoires au Canada : associations réglementées et non réglementées.

Comment l’Accord s’applique-t-il à vous, membre de l’AAPC?

Les membres doivent faire une demande d’adhésion à l’association hôte lorsqu’ils exercent à l’extérieur de leur province ou territoire d’origine. 

Le présent Accord stipule que chaque membre de l’AAPC qui travaille à l’extérieur de sa province ou de son territoire d’origine (c’est-à-dire la province/territoire où il est agréé ou membre) DOIT présenter une demande d’adhésion dans la province/territoire où il souhaite travailler et être reconnu comme membre.

Pour obtenir plus d’information sur les associations constituantes au Canada

Le site Web de l’AAPC est un bon point de départ. La page Web suivante fournit des liens vers les sites de toutes les associations constituantes : https://www.aapc-csla.ca/society/associations-constituantes

Les membres doivent passer une entrevue ou un « examen local »

En vertu de cet Accord, les membres qui souhaitent obtenir une reconnaissance professionnelle peuvent être tenus de passer un « examen local ». L’un des objectifs de l’examen est de mesurer les connaissances de la réalité professionnelle locale et régionale, conformément aux exigences de chaque association constituante.

L’examen local sera aussi objectif que possible. Il vise à évaluer les connaissances relatives à l’exercice de la profession dans une région géographique donnée, conformément aux exigences de ladite association. En d’autres termes, un membre ne sera pas examiné sur des sujets qui ont été évalués lorsqu’il est devenu membre dans sa province/territoire d’origine. L’Accord de reconnaissance établit les paramètres de l’examen local.

Quel est le rôle de l’association constituante?

Chaque signataire du présent Accord s’engage à faire tout ce qui est en son pouvoir pour exiger de ses membres qu’ils deviennent membres de l’association constituante de la province/territoire où ils travaillent. De plus, chaque association s’assurera que les mesures juridiques nécessaires sont en place pour faciliter la reconnaissance des compétences professionnelles dans la province/territoire d’accueil. 

AAPC | CSLA 12 crois. Forillon, Ottawa (ON) K2M 2W5