Déclaration de l’AAPC sur l’inégalité raciale et l’injustice

Pour obtenir la rétroaction des membres

Veuillez transmettre vos commentaires sur cette ébauche de déclaration à Katherine Velluso, coordonnatrice des communications de l’AAPC, à l’adresse coordinator@csla-aapc.ca d’ici le 15 août 2020.

Nous affirmons que les vies noires comptent.

L’AAPC condamne le racisme, le sectarisme et l’oppression sous toutes ses formes. Il est impératif que chacun d’entre nous, associations, employeurs et particuliers, fasse sa part pour éradiquer le racisme systémique. Soyons clairs : il n’y a pas de place pour le racisme dans notre association ou dans le métier d’architecte paysagiste. Les architectes paysagistes ont le pouvoir de concevoir des lieux qui favorisent la diversité, l’équité et l’inclusion. Toutefois, nous reconnaissons que le fait d’ignorer ces valeurs peut nuire aux Noirs, aux Autochtones et à d’autres personnes racialisées au Canada. La profession d’architecture de paysage ne doit pas être silencieux sur les injustices auxquelles sont confrontés les gens de couleur. Le racisme systémique dans l’environnement bâti a pris de nombreuses formes, y compris le redlining, la gentrification et le désinvestissement. Les injustices environnementales, y compris le manque d’accès équitable à l’air et à l’eau propres et l’augmentation des concentrations de pollution, continuent d’affliger ces collectivités. Nous savons que bon nombre d’entre vous partagent nos préoccupations à l’égard de ceux qui ont été blessés et touchés et qui cherchent des réponses.

Nous avons un long chemin à parcourir pour voir la diversité, l’inclusion et l’équité représentées dans notre profession et pour abattre les obstacles au sein de la profession. Toutefois, l’AAPC reconnaît que le démantèlement du racisme systémique exige plus que des paroles. Nous devons agir pour mettre fin à l’injustice. L’AAPC s’engage à travailler à ces mesures pour veiller à ce que la profession soit inclusive, à redresser nos torts historiques et à faire en sorte que la profession fasse partie de la solution, et non du problème. En tant que porte-parole de la profession au Canada, nous nous engageons à mener un changement positif au sein de la profession.

Pour s’attaquer aux problèmes de racisme et d’inégalité, il faudra un engagement important et des efforts continus de la part de l’AAPC et de chacun d’entre nous. Nous sommes déterminés à travailler à l’élaboration d’un cadre de compréhension et de solutions qui aideront à mettre fin à ces injustices de longue date. L’AAPC a uni les associations d’architecture de paysage des composantes provinciales, territoriales et régionales, a modifié son Plan stratégique, a créé une page Web avec des ressources et a partagé du contenu important sur les médias sociaux comme point de départ de ce cadre.

Nous croyons que les piliers du Plan d’action pour la réconciliation de l’AAPC constituent un cadre directeur exemplaire pour aller de l’avant :
1. Reconnaître que le préjudice a été infligé
2. Créer une conscience du passé et expier ces comportements;
3. Agir pour changer notre comportement et créer des occasions d’inclusion

Le racisme, l’injustice et l’intolérance doivent cesser. Nous nous engageons à agir pour changer, peu importe le temps qu’il faudra.

AAPC | CSLA 12 crois. Forillon, Ottawa (ON) K2M 2W5