Séances de formation

Aperçu

Cliquez sur chaque séance pour lire les descriptions. L'inscription au congrès vous donne accès à l'ensemble du programme - pas besoin de sélectionner des sessions spécifiques ; sautez dans celle que vous voulez, quand vous voulez !

Vendredi 28 mai 2021

Vendredi : Séance 1
13h15 à 13h45 HAE

  • Voie 1 : Renforcer la capacité des professionnels à lutter contre les changements climatiques, Stephen Muirhead, Mark Bauche et Adam Kroeker
  • Voie 2 : Préparer le décollage : Une vision axée sur le paysage pour le campus aérospatial de Downsview Park, David Anselmi et Chris Veres

Vendredi : Séance 2
14h à 14h30 HAE

  • Voie 1 : Connaissances autochtones, écologie et adaptation, Brett Huson
  • Voie 2 : Niveler l’accès à la nature : la conception d’espaces ouverts dans les développements multirésidentiels, Michael Ormston-Holloway

Vendredi : Séance 3
14h45 à 15h15 HAE

  • Voie 1 : Renouveler notre royaume public vital, David Leinster
  • Voie 2 : Des décombres au refuge, Walter H. Kehm
Samedi 29 mai 2021

Samedi : Séance 1
13h15 à 13h45 HAE

  • Voie 1 : Concevoir comme un activisme climatique, Karen May et Todd Smith
  • Voie 2 : Un regard neuf : célébrer les nouvelles typologies de l’espace ouvert, Yvonne Battista, Brent Raymond et James Roche

Samedi : Séance 2
14h à 14h30 HAE

  • Voie 1 : Pratique collaborative : Cultiver de nouvelles collaborations pour amplifier notre impact sur les changements climatiques, Thomas Nideroest
  • Voie 2 : Rues complètes : 20 ans plus tard, Brent Raymond

Samdedi : Séance 3
14h45 à 15h15 HAE

  • Voie 1 : Bluff Point : Relier la conception et l’écologie, Virginia Burt et Mary-Ann Young
  • Voie 2 : Codifier la résilience, Fadi Masoud

Vendredi : Séance 1

Voie 1 : Renforcer la capacité des professionnels à lutter contre les changements climatiques, Stephen Muirhead, Mark Bauche et Adam Kroeker

Le Prairie Climate Centre et HTFC Planning and Design collaborent à un projet visant à accroître la capacité des planificateurs professionnels, des architectes paysagistes et d’autres professionnels alliés qui participent à l’utilisation régionale intégrée des terres, la gestion de l’eau et la planification de la conception au Manitoba afin d’intégrer les risques associés aux changements climatiques dans la prise de décisions et la planification. Cela augmentera la capacité d’adaptation et la résilience connexe dans les collectivités de la province. Nous sommes en train de concevoir et d’offrir une trousse complète de formation et de renforcement des capacités pour aider ce secteur cible à comprendre, à évaluer et à réduire les risques liés aux changements climatiques au Manitoba, dans le but d’intégrer les mesures d’adaptation aux changements climatiques dans une approche globale des plans sectoriels et régionaux. Le projet est exécuté dans le cadre du programme BRACE du Manitoba, un partenariat entre Ressources naturelles Canada et le gouvernement du Manitoba, qui vise à renforcer la capacité et l’expertise régionales en matière d’adaptation aux changements climatiques. La présentation décrira les progrès du projet, y compris les résultats de la recherche initiale sur la capacité existante de l’auditoire, les priorités en matière de renforcement des capacités, les sujets clés et le matériel de formation préliminaire.

Voie 2 : Préparer le décollage : Une vision axée sur le paysage pour le campus aérospatial de Downsview Park, David Anselmi et Chris Veres

Un important héritage de l’histoire aérospatiale du parc Downsview réside dans un ensemble d’édifices patrimoniaux qui témoignent de ses origines en tant que centre de fabrication et d’innovation dans le domaine de l’aviation. Avec l’aide de DTAH, la Société immobilière du Canada a établi la vision du Plan directeur de Downsview Park Commons pour la région. Le Plan prévoit un campus urbain à l’échelle piétonne axé sur la réutilisation adaptative de ces bâtiments, ainsi que l’introduction de nouveaux aménagements complémentaires. En appuyant l’évolution des terres de Downsview, il conjugue des possibilités durables, culturelles et sociales qui pourraient définir ce lieu unique. Le Plan directeur met l’accent sur l’importance d’établir une identité paysagère, un aménagement du territoire et une connectivité distincte à l’échelle du site et de la collectivité. Bien que le programme et le contexte puissent évoluer au fur et à mesure que les besoins et les possibilités de développement des collectivités se font sentir, cette approche axée sur le paysage optimise le potentiel et crée des réseaux de rues, de parcs et d’aires de stationnement animés, mémorables et sécuritaires, ce qui mène à un endroit prospère et durable. Intégrant les perspectives de l’architecte paysagiste et du client, cette présentation racontera l’histoire du plan directeur. Au cours d’une discussion sur les projets actuels et futurs du parc Downsview, comme le Collège Centennial, les futurs quartiers résidentiels, la nouvelle ferme urbaine et les bioswales sophistiqués partout, les présentateurs démontreront qu’un paysage. . .une vision ciblée peut mener à un processus réussi, à un produit et à des performances durables pour les interventions construites et naturelles.

Vendredi : Séance 2

Voie 1 : Connaissances autochtones, écologie et adaptation, Brett Huson

Avec le Turtle Lodge International Centre for Indigenous Education and Wellness et les conseils et le leadership de son Conseil national des gardiens du savoir, le Prairie Climate Centre est à élaborer un projet multidimensionnel à deux volets qui explorera les connaissances riches et approfondies des communautés autochtones afin de créer une ressource de formation qui aidera les communautés à mieux résister et à s’adapter. Ce projet fait partie du programme Renforcement de la capacité et de l’expertise en matière d’adaptation régionale (BRACE) de Ressources naturelles Canada.

Une partie du projet vise à relier les façons de savoir autochtones aux outils et à l’information tels que l’Atlas climatique du Canada. Les collectivités peuvent utiliser ces outils pour appuyer leurs connaissances afin d’élaborer des plans d’adaptation plus solides et plus durables. L’autre volet du projet permettra de relier de nouveau les jeunes Autochtones aux aînés et aux gardiens du savoir qui partageront leurs connaissances de la terre avec les jeunes afin de poursuivre ces façons vitales de savoir pour les générations futures.  

Ce projet fournira également des outils d’amélioration à de nombreuses autres collectivités autochtones afin qu’elles entreprennent leur propre cheminement vers des plans de résilience et d’adaptation durables. La présentation explorera le cheminement vers le développement conjoint des relations et du contenu, mais aussi certains des principaux points de vue et moyens de savoir autochtones qui ont guidé le projet depuis sa création.
 

Voie 2 : Niveler l’accès à la nature : la conception d’espaces ouverts dans les développements multirésidentiels, Michael Ormston-Holloway

Avec les limites de l’étalement urbain qui se heurtent à une population toujours croissante, la nécessité de grandir et non de sortir est évidente. La conception de ces collectivités verticales imposantes a une incidence importante sur la qualité de vie des résidents, ainsi que sur l’environnement et l’infrastructure à l’intérieur et aux alentours des centres urbains densifiants. Aujourd’hui plus que jamais, il semble évident que l’approche de la conception d’équipements résidentiels multiples et d’espaces extérieurs privés doit être reconsidérée. Cette conférence traitera de la possibilité que les paysages en copropriété fournissent des oasis vertes significatives aux résidents des immeubles de grande et de moyenne hauteur et introduisent de précieuses fonctions écologiques dans le tissu urbain. Trois études de cas – le Distillery District et West Don Lands, à Toronto, et le Gaslight District, à Galt – seront utilisées pour explorer les défis, les possibilités et les solutions communs en matière de conception afin de créer des espaces verts plus réussis dans ces aménagements urbains. Grâce à des interventions de conception axées sur la nature, comme la bioamplification, des modèles axés sur le rendement pour la conception de plantations et la diversité des espèces, la valeur écologique et la résilience de ces projets et des centres urbains en général peuvent être améliorées, au profit de tous.

Vendredi : Séance 3

Voie 1 : Renouveler notre royaume public vital, David Leinster

Le domaine public est le tissu qui unit nos quartiers.  Souvent considérée comme l'espace entre les lieux, cette infrastructure sociale vitale doit être modernisée pour répondre aux changements démographiques, aux pressions sociales et aux conditions environnementales. Cet exposé portera sur le renouvellement des paysages de rue et des espaces inutilisés dans l'un des quartiers les plus importants de la capitale nationale.  Au cours de la dernière année, nous avons assisté à une renaissance de nos aménagements extérieurs, qui sont devenus le principal lieu de rassemblement, de jeu, d'exercice et de repas. L'espace pour de nouveaux aménagements publics étant rare, il est impératif que notre domaine public existant soit préservé et adapté pour répondre aux besoins actuels et futurs de la population, ainsi qu'aux préoccupations environnementales pressantes. En utilisant le plan directeur de revitalisation du domaine public du marché By comme projet précédent, cette présentation explorera des interventions, des technologies et des techniques de conception innovantes pour revigorer le domaine public. En adoptant un point de vue social et écologique, des stratégies visant à étendre le domaine piétonnier, à encourager le transport actif, à améliorer l'accessibilité, à planifier la succession de la forêt urbaine et à intégrer l'infrastructure verte seront explorées. Grâce à des interventions réfléchies, ces espaces renouvelés ont le potentiel d'améliorer non seulement la santé des résidents, mais aussi l'environnement.

Voie 2 : Des décombres au refuge, Walter H. Kehm

Au cours des 35 dernières années, Walter Kehm a observé l’évolution écologique et culturelle du parc Tommy Thompson à Toronto, aussi connu sous le nom de Leslie Street Spit. Dans son nouveau livre intitulé « Accidental Wilderness : The Origins and Ecology of Toronto’s Tommy Thompson Park », il décrit comment le parc a évolué depuis la préparation de son plan directeur original en 1986 jusqu’à aujourd’hui. C’est une histoire fascinante pour les architectes paysagistes, car elle démontre à quel point il est essentiel de comprendre les sciences biologiques pour un site particulier. La présentation démontrera comment le programme du site pour les oiseaux, les mammifères, les poissons, les insectes et les amphibiens a été élaboré comme base de conception. En effet, l’architecte paysagiste établit le tableau de la nature pour déterminer le menu. Des gravats aux documents de refuge comment la terre végétale n’est pas nécessaire. Les matériaux de substrat indigènes provenant du site de démolition du centre-ville sont constitués de briques, de blocs de béton, de barres de renfort, de carreaux de plancher et d’autres gravats de construction. Avec le temps, le temps de brique et de retour à l’argile. Les blocs de béton se désintègrent et laissent des agrégats de calcaire derrière. Les barres d’acier s’oxydent et renvoient le fer au mélange. Le résultat est une communauté écologique dynamique, diversifiée et unique avec des forêts et des prairies, des plages et des falaises où les gens trouvent la tranquillité d’esprit dans une nature sauvage urbaine.

Samedi : Séance 1

Voie 1 : Concevoir comme un activisme climatique, Karen May et Todd Smith

Nous faisons face à la plus grande menace existentielle pour l’humanité et les autres formes de vie avec lesquelles nous partageons cette terre – les crises jumelles du changement climatique et de la perte de biodiversité sont motivées par l’activité humaine, sont inexorablement liées et nécessitent une action urgente. Design Climate Action (DCA), un groupe de professionnels du design alliés, estime qu’en tant que praticiens basés sur la terre, nous sommes particulièrement bien placés pour être des chefs de file dans l’atténuation de ces crises, ainsi que pour plaider en faveur de meilleures politiques et décisions d’utilisation des terres. Dans cette présentation, les membres de l’ACM discuteront de nos efforts et de nos expériences à ce jour pour bâtir une pratique militante essentielle. Nous partagerons les leçons tirées de nos activités de recherche et de notre engagement avec d’autres professionnels; illustrerons la façon dont les concepteurs terrestres s’engagent à trouver des solutions à ces problèmes épineux; discuterons de la possibilité que la conception devienne une plateforme de promotion et de transition. . .établir des liens entre les disciplines et les collectivités et révéler les lacunes actuelles de la profession. Nous sommes particulièrement intéressés par la question de savoir comment construire des coalitions plus inclusives avec les parties prenantes du projet, et comment nous définissons nos clients. Enfin, nous réfléchissons à la façon de poursuivre notre objectif de créer ensemble un monde juste et post-carbone.

Voie 2 : Un regard neuf : célébrer les nouvelles typologies de l’espace ouvert, Yvonne Battista, Brent Raymond et James Roche

Trouver de nouveaux espaces pour les parcs dans les villes de plus en plus denses est un défi. Nous sommes tous aussi confrontés aux réalités de notre environnement changeant. En réponse à ces problèmes, de nombreuses municipalités ont cherché à trouver des moyens d’optimiser les espaces intercalaires de la ville pour s’assurer que chaque projet a une vision à long terme, contribue à réaliser des ambitions multigénérationnelles, combat les impacts de tempêtes plus fréquentes et plus intenses, et contribue à l’ensemble. La présentation traitera de la thèse mentionnée ci-dessus en faisant référence à quatre projets de DTAH comme études de cas : Lower Don Valley et Green Line à Toronto, Riverwalk à Brampton et Edgeley Pond and Park à Vaughan. Chaque projet est ambitieux et offre une perspective différente pour travailler dans des paysages naturels et culturels qui se recoupent avec l’infrastructure. Trois des projets se trouvent dans des cours d’eau importants au milieu de leurs villes respectives, chacun ayant des objectifs, des intervenants et des solutions différents, tandis que le quatrième est un réseau de parcs linéaires unique dans un corridor de transport d’électricité de 5 kilomètres de long. Tous les quatre célèbrent le pouvoir du lieu, superposant les besoins des communautés avec un design durable et résilient pour créer des espaces publics exceptionnels et transformateurs.

Samedi : Séance 2

Voie 1 : Pratique collaborative : Cultiver de nouvelles collaborations pour amplifier notre impact sur les changements climatiques, Thomas Nideroest

Les professions du paysage et de l'aménagement sont optimistes par nature, s'efforçant d'avoir un impact sur les questions cruciales de notre époque au-delà de ce qui est de notre ressort. Cependant, il existe souvent un fossé entre nos aspirations et la réalité de la pratique. Comment pouvons-nous nous asseoir à la table et jouer un rôle important dans une relance verte ? Quels nouveaux partenariats, quelles nouvelles compétences et quels nouveaux modes de pratique devons-nous forger pour avoir un impact plus important ? La recherche et la pratique collaboratives entre les disciplines, les secteurs et les régions géographiques sont un outil puissant pour résoudre les problèmes systémiques complexes. Les architectes paysagistes peuvent jouer un rôle clé dans ces collaborations en comblant le fossé entre l'écologie, la culture et la conception. L'International Landscape Collaborative (ILC) est un réseau international émergent de professionnels et d'universitaires qui promeut diverses collaborations interdisciplinaires guidées par une approche paysagère. Cette présentation se concentre sur certaines des initiatives passées et actuelles de la collaboration, notamment l'enquête sur le climat de conception. En abordant les expériences dans la pratique, les aspirations et les obstacles, et en s'appuyant sur les résultats de l'enquête, l'exposé abordera l'importance de nouvelles formes de collaborations qui peuvent amplifier l'impact de la pratique du paysage.

Voie 2 : Rues complètes : 20 ans plus tard, Brent Raymond

Complete Streets a pris son temps pour commencer, mais est maintenant à l’avant-plan de nombreuses conversations sur la construction de la ville. Les politiques nationales, provinciales et locales rattrapent enfin leur retard après des décennies de discours enflammés sur la sécurité routière et l’aménagement du territoire. Les efforts de Vision Zero prennent leur envol partout au pays dans l’intention d’éliminer les accidents graves et les pertes de vie. Tout cela est merveilleux et bienvenu, mais pourquoi sommes-nous encore confrontés à la résistance lors de la conception des rues et de développer des conseils pour les autres à suivre? Alors que nous évaluons les lacunes de nos villes à la suite de la pandémie, l’insuffisance de notre environnement bâti selon de multiples perspectives est claire, mais comment allons-nous résoudre ces défis? Cette présentation porte sur la carrière d’un architecte paysagiste qui se consacre à la conception de rues en collaboration avec les municipalités, grandes et petites. La présentation portera sur une gamme d’éléments : les bases de Complete Streets, ce qui a fonctionné et ce qui n’a pas fonctionné, l’importance du contexte et le travail avec d’autres professions et champions pour y arriver. La discussion portera sur l’avenir de la conception des rues, y compris la préparation à l’urbanisme autonome, la résolution des lacunes post-pandémiques, et ce que cela signifie à l’échelle de la ville. Plusieurs études de cas serviront à décrire et à expliquer les problèmes, allant des lignes directrices et des études aux travaux de construction.

Samedi : Séance 3

Voie 1 : Bluff Point : Relier la conception et l’écologie, Virginia Burt, Mary-Ann Young

Dans Bluff Point : Relier la conception et l’écologie Virginia Burt et Mary Anne Young discuteront d’un projet dans la région des chalets de l’Ontario où l’excellence en matière de conception et d’écologie a été le principal moteur du projet. Bluff Point est un projet de construction résidentielle où les clients ont voulu créer un refuge calme et serein. Le site se compose de landes rocheuses de granit, de mousses et d’herbes, de forêts de conifères, de feuillus et de forêts mixtes, créant un paysage spectaculaire, accidenté et pourtant vulnérable. Avant l’engagement de l’architecte paysagiste, le dynamitage débridé, l’enlèvement et le nivellement des arbres ont donné lieu à une nouvelle route et l’équipe de conception avait généralement tenu pour acquis la beauté fragile du site. Les conséquences environnementales exigeaient une restitution – une approche consciente de la gouvernance de l’activité de construction était nécessaire pour guérir la terre et rétablir l’équilibre de la nature. L’architecte paysagiste a dirigé une équipe diversifiée de joueurs : naturaliste, arboriste, client, architecte, ingénieurs, et de multiples entrepreneurs encourageant la protection et la restauration de la propriété à un écosystème sain soutenant nos lacs et forêts. La conception du paysage s’est inspirée d’une analyse écologique approfondie pour créer un plan de plantation sensible au site appliqué pour guérir un paysage blessé.

Voie 2 : Codifier la résilience, Fadi Masoud

Le changement climatique rend visibles certaines des lacunes des outils de planification traditionnels. Le zonage normatif, par exemple, a toujours reposé sur deux conditions : la réglementation des terres et la réglementation de l’utilisation. Cependant, l’interdépendance entre la terre et l’utilisation, les conditions et les processus dynamiques et temporels qui régissent leurs fluctuations, doivent maintenant être considérés. Cet exposé porte sur l’importance fondamentale de la résilience écologique dans la transformation de la planification normative et des pratiques de conception. Il pose un cadre théorique et une étude de cas pour une nouvelle approche de zonage fondée sur le gradient — un code urbain axé sur le paysage qui tient compte de la géomorphologie régionale, des facteurs socio-économiques et de l’incertitude environnementale comme fondement de formes urbaines plus résilientes et adaptables.

AAPC | CSLA 12 crois. Forillon, Ottawa (ON) K2M 2W5