Macklin L. Hancock

Année d'intronisation :

Macklin Hancock est né à Nanjing, en Chine, dans un hôpital fondé et construit par son grand-père. Il grandit cependant au Canada : la famille Hancock rentre au pays en 1928, pendant la révolution nationaliste chinoise.  

Comme bon nombre des premiers pionniers du Canada, Macklin s’est immergé dans l’horticulture lorsqu’il était enfant. Son père, Marcus Leslie Hancock, a été professeur d’horticulture, d’abord en Chine, puis à Guelph, à son alma mater, le Collège d’agriculture de l’Ontario. Par la suite, Marcus établit la Woodland Nursery près de Toronto et, plus tard, fit don de sa remarquable collection de rhododendrons au Jardin botanique de Montréal.  Le jardin de rhododendrons, là-bas, et aussi celui de l’Université de Guelph, portent tous deux son nom. 

Macklin, lui aussi, obtiendrait un diplôme en horticulture à Guelph, mais pendant la Seconde Guerre mondiale, il s’est enrôlé dans l’armée canadienne où il a piloté des avions Spitfire jusqu’à la fin de la guerre.  Dans les années d’après-guerre, il a poursuivi l’architecture de paysage à Harvard, et remarquablement, tout en étant encore un étudiant a commencé la commission qui allait à la fois devenir sa thèse de Harvard, et établir sa réputation : la préparation du plan directeur pour la communauté de Don Mills.

Le promoteur torontois E.P. Taylor, qui avait acquis 835 hectares de terres entre deux branches de la rivière Don, envisageait une communauté de 35000 personnes sur le site. Taylor et le président de la compagnie, Karl Fraser, beau-père de Hancock, ont engagé Hancock, 27 ans, pour le concevoir. Le plan directeur obtiendrait finalement une reconnaissance internationale pour son centre-ville clairement défini, ses quartiers de logements modernistes sur de grands terrains, ses rues courbes et ses culs-de-sacs apaisants. En maintenant les services commerciaux aux périphéries, « Mack » a conçu un système révolutionnaire de parcs et d’espaces ouverts reliés par des sentiers, invitant la collectivité aux vallées fluviales et aux ravins de la ville. Don Mills devint rapidement un modèle d’urbanisme très étudié. 

En 1956, Hancock devient président et membre fondateur de Project Planning Associates Limited, un cabinet de consultation intégré qui a entrepris des centaines de projets sur cinq décennies. Les équipes de projet comprenaient des architectes paysagistes, des planificateurs et des ingénieurs – et, plus tard, des spécialistes de l’environnement et de la socioéconomique, travaillant sur des projets canadiens aussi divers que l’Expo67, la Place de l’Ontario, Meadowvale New Town et la Ville de Westminster. PPA a participé à de nombreux projets internationaux, notamment en Arabie (Université King Abdul), à Abuja, la capitale du Nigeria, à Saint-Pétersbourg, en Russie, à Xi’an, en Chine, et à des dizaines d’autres. 

Macklin Hancock a été président de l’OALA et de l’Institut canadien des urbanistes et a reçu de nombreux honneurs, dont un Prix d’excellence pour l’ensemble des réalisations de l’AAPC et l’Ordre de l’Ontario. En 1997, la Fondation du patrimoine ontarien a désigné Don Mills comme site patrimonial.


Pour une brève description des projets sélectionnés, consultez le site Web de la Fondation du paysage culturel

Centre Island 

Don Mills Neighbourhood   


Photo principale : Macklin Hancock, vers 1965. Avec la permission de Cecelia Paine  

2 Macklin Hancock (aucun crédit)

3 Macklin Hancock. Project Planning Associates Ltd. Fonds. Université de Guelph.   

4 Photo Bibliothèque publique de Toronto.

AAPC | CSLA 12 crois. Forillon, Ottawa (ON) K2M 2W5